Avant de traverser la frontière terrestre pour la Thaïlande nous décidons de faire une halte de 4 nuits dans le village de Hpa An.

Hpa An est un tout nouveau décor et pour continuer nos analogies cinématographiques ici on a l’impression que Steven Spielberg va surgir d’un buisson pour tourner un nouveau Jurassic Park! L’horizon est formé de montagnes invraisemblables, style gros monolithes au milieu de plaines où de jungles.

Les grottes, pour un peu de fraicheur

Au cours de ces 3 jours rien de mieux pour visiter en toute liberté que de se procurer un scooter.
La liste des choses à faire est longue, notamment pour les randonnées. Malheureusement les 38°C dès 9h du matin nous limiteront aux sites les plus simples d’accès car il est impossible pour nous d’envisager une randonnée de plus de 30 minutes…

Mais pas de regrets, cette région est tout aussi réputée pour ses gigantesques caves bouddhiques (grottes), de quoi nous apporter un peu de fraîcheur !
Nous en avons visité plusieurs dont la fameuse Cave de Saddar qui est longue de plusieurs kilomètres, le petit plus de cette cave est que l’on peut sortir par une autre entrée côté lac pour terminer la boucle en bateau.

Nos grottes françaises n’ont rien à leur envier, car ici il y a très peu de cathédrales de stalactites et stalagmites. Néanmoins ces grottes n’en restent pas moins impressionnantes, ici c’est leur transformation en lieu de culte qui les rend incroyables : les murs sont sculptés, des milliers de Buddhas et autres divinités sont exposées comme si nous étions dans une galerie.

Kyaut Kalap, la pagode perchée

Pour illustrer le côté monolithe rien de tel que la pagode Kyaut Kalap qui défie la gravité du haut d’un bloc de calcaire. Kyaut Kalap est un lieu de contemplation où il fait bon se reposer, absolument magnifique. Nous avons tellement aimé que nous y sommes d’ailleurs allés 3 fois…!

Contempler et se reposer ? C’est sans compter sur notre côté star victim…complètement épuisé et exténué par la chaleur je décide de m’abriter dans le temple, je m’allonge pour faire une micro sieste (ce que tout les locaux faisaient) et là, un Birman me prend la main, me lève, me positionne avec Laura devant la balustrade, prend son enfant et … wait for it … prend un selfie !

Bouuuuuddhisme, le revers de la médaille

Il est 15h et nous décidons de nous diriger vers la cave aux chauves-souris. La route est magnifique, on arrive à l’entrée où 2 moines sont assis paisiblement et nous demandent de payer les 4$ de frais d’entrée pour la grotte. On marche, on remarque une porte cadenassée donc on continue notre chemin qui s’avère grimper énormément via des échelles et se termine sur un cul de sac : une pagode au sommet d’un pic avec une belle vue sur la rivière. Je me tourne vers Laura et lui dit “on a certainement loupé cette grotte”. On redescend, nada, rien sur la route qui pourrait être l’entrée d’une grotte. On retourne donc voir nos moines à l’entrée qui soudainement ne parlent plus anglais et on leur demande où est l’entrée.
Ils se mettent à rire et nous miment que le site ouvrent à 18h quand les chauves-souris s’échappent de la cave. Ils ne pouvaient bien évidemment pas nous renseigner avant que l’on paie les droits d’entrée…

Je ne pensais pas un jour me faire arnaquer par des moines. Faisons une petite aparté, notre premier voyage en à Taïwan nous avait fait découvrir le bouddhisme qui, plus qu’une religion, s’apparente à un art de vivre. Les temples, prières, moines nous avez impressionnés. Hors depuis notre arrivée en Birmanie cette vision à beaucoup changé, ici on retrouve des personnes qui sont dès leurs plus jeunes âges “orientés” vers le bouddhisme. Toutes ces belles valeurs et l’atmosphère que nous avons rencontrées dans d’autres pays est beaucoup visible en Birmanie, il est d’ailleurs commun de rencontrer un moine qui se prend en selfie avec son smartphone, qui fume ou qui boit.

Parenthèse terminée, Hpa An était notre dernière escale avant la Thaïlande. Hpa An est vraiment une petite pépite de la Birmanie, plus authentique, plus riche de décors, nous avons vraiment aimé notre séjour et c’est un peu avec la boule au ventre que nous prenons le bus.

Le passage vers la Thailande

Le lendemain matin, nous prenons une sorte de taxi-van qui nous emmène à la frontière avec quelques locaux. Une fois au poste de frontière, c’est un peu le bordel, il y a du monde ! Mais rien de bien compliqué, on passe par un premier guichet pour le tampon de la douane birmane, puis on traverse un grand pont, le pont de l’Amitié, (la frontière est délimitée par une rivière) pour arriver au guichet Thaï.

Le plus difficile aura été de trouver où prendre le bus pour Chiang Mai, car là encore nous arrivons pendant un jour férié. A l’arrêt, nous rencontrons un groupe de 3 françaises avec qui nous discutons d’un peu de tout: voyages, films, photo.. Après une petite heure et une bonne assiette de riz, nous voici en route pour le Siam !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s