Comprendre l’Inde c’est comme essayer de comprendre pourquoi la vache s’allonge au milieu d’une route au trafic dense alors qu’il y a de l’herbe à côté.

Tout est dit, citation que l’on doit à Thomas ! J’avais écris tout un post sur le bilan de l’Inde, mais je crois que son explication résume à elle seule le pays !
Il est tellement complexe, que c’est difficile de décrire ce qu’on a vécu, de résumer, ou d’en donner une image complète.

Les odeurs d’épices, d’encens, d’égouts et de pots d’échappement mélangés. Les couleurs des saris, les murs décrépis, les vaches sur les routes, les chameaux, cochons et les singes. la quantité de déchets dans les rues et la beauté des monuments mogholes. La pauvreté qui côtoie la richesse. Les paneers masala et les garlic naans. La mixité des gens et des religions. Les bazars qui vendent de tout. La circulation folle comme nulle part ailleurs. Les temples magnifiquement sculptés à côté de bidonvilles. Les locaux qui expliquent leur système, les castes, les religions qui  vivent ensemble, le système politique, les gourous adulés.
Chaque minute en Inde est une expérience en soi. C’est un fourmillement, un bazar incroyable, plein de contradictions.
En 18 jours, nous avons eu peu de temps pour se poser et pour “digérer” ce flot d’informations.
Il y a 1000 choses à raconter. Outre les visites touristiques, il y a aussi les discussions avec Suman sur la non-violence, les familles défavorisées qui voient naitre un espoir pour leurs enfants, la prise de pouvoir pour les femmes dans certaines communautés, les rencontres avec ceux qui dirigent les projets, la pollution et le regard des Indiens face au problème des déchets.

Imaginez tout cela ensemble et vous avez 20% de ce qu’est l’Inde.

C’est pour cela que c’est difficile de dire si j’ai aimé l’Inde ou pas. C’est certain que j’ai adoré ces 3 semaines. L’agenda était serré mais les projets suivis ont donné un vrai but à notre étape Indienne, et ils se sont très bien intégrés à la liste des choses que l’on voulait visiter.

C’est bien aussi que l’on ai commencé par le plus intense, car rentrer à Amsterdam juste après l’Inde aurait été très dur.

Certaines personnes m’ont dit vouloir ne jamais visiter ce pays. C’était aussi le pays qui me stressait le plus, et finalement maintenant je trouve que c’est vraiment une expérience à vivre, et je suis vraiment contente d’avoir pu la vivre.

Nous voici maintenant prêts à prendre l’avion en partance de Varanasi pour Katmandu. C’est un sentiment étrange, on a l’impression que les vacances sont finies et que l’on rentre chez nous. Alors qu’il nous reste 82 jours de découvertes et d’aventures !
Nous embarquons avec du retard, et après 1h de vol dans un coucou de Buddha, nous voici au Népal.

Nous passons sans transition d’un pays à l’autre, mais qu’importe, nous reviendrons visiter l’Inde, Calcutta et Darjeeling ou le sud, il y a encore de quoi être surpris par l’Inde.

One thought

  1. Tu as réussi à voler dans ce fameux coucou!!!! Trop forte 💪. Ce post résume très bien la complexité de ce pays et des émotions qu’il suscite. Hâte d’en reparler avec vous. Notamment pour vos échanges sur la non-violence 😉.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s