YOGA
Après le cours de cuisine, et comme ce séjour à Udaipur n’a rien de commun avec les autres villes visitées, j’ai réussi à convaincre Thomas pour un 1er cours de yoga ! 

Bon je dois dire que j’ai réussi à le convaincre grâce au couple anglais que l’on a rencontré au cours de cuisine, Chris et Nathalie. Ils ont soumis l’idée, c’était l’occasion rêvée : une initiation pour les mecs, au pire si ça ne leur plait pas, ils pourraient toujours se mettre en retrait et discuter ensemble jusqu’à la fin du cours. 
Le Lendemain à 8h30, nous voici sur la petite terrasse d’un temple hindou, avec vue sur le lac, et une superbe lumière de début de journée. Tous les éléments sont présents pour faire le plein d’energies positives et commencer la journée en forme!
Finalement Chris s’est désisté, préférant son lit à la Salutation au Soleil… le lâcheur! Thomas se retrouve avec 3 nanas, à tenter de travailler sa souplesse pendant plus d’1 heure. Bon il s’en sera très bien sorti, contrairement à moi qui me retrouve un peu rouillée après 6 mois sans pratique…

On repart du cours, moi gonflée à bloc avec l’objectif de faire une séance de yoga et de méditation chaque matin pendant notre voyage, histoire d’avoir une petite routine et de muscler mon dos. Thomas lui, repart avec l’objectif opposé : une fois était bien suffisant. Monsieur n’a pas besoin d’apprendre à méditer, il est déjà zen tout le temps. Bon j’avoue qu’il est mon petit exemple de la zen attitude et du self control ;-). Un sadhu à l’occidentale ! 

LE BAZAR
Udaïpur est plus propre que les autres villes visitées jusqu’à présent. C’est plus agréable et nous entamons une longue marche de 3h dans le quartier des bazars, entre klaxons de scooters incessants (attention aux pieds), soleil qui tape, poussière, pots d’échappement (nos poumons en ont pris pour 20 ans)….
Chaque rue a une thématique : la rue des babioles électroniques / la rue des légumes / la rue de la confection de paniers / puis la rue des vêtements / la rue des chips (si si) / la rue des épices / la rue des babouches indiennes / et j’en oublie.

L’ARCHITECTURE
Sur la route pour Udaipur et en plein milieu des montagnes du sud du Rajasthan, nous avons fait un arrêt dans les somptueux temples Jaïns de Ranakpur dédié à Adinatha, tous en marbre blanc sculpté datant de 1437.

D’après l’audio-guide, l’un des piliers ne serait pas droit afin de casser la perfection du lieu et ainsi donner un aspect plus modeste. Telle une chasse au trésor, nous avons cherché ce pilier avec rigueur, mais on s’est vite arrêté:  il s’avère qu’aucun n’est droit ! Mauvaise traduction de l’audioguide ou architecture à la néerlandaise qui a bougé à travers les siècles, on ne saurait dire, mais ça nous a fait bien rire.

La religion des Jaïns est issue de l’Hindouisme. Les Jaïns sont détachés des possessions matérielles, et n’ont pas d’attentes, à l’exception de l’atteinte du Nirvana. Paradoxalement, c’est la religion la plus riche d’Inde, et de nombreux temples fleurissent dans la région.

Dans un style architectural très différent mais tout aussi splendide, il y a le City Palace au coeur d’Udaipur, sur la rive du lac Pichola.

Agrandi et modifié au fil des siècles et des Maharanas, c’est le plus vaste du Rajasthan. Aménagé au début comme une forteresse pour ne pas être attaqué, les couloirs sont étroits et les pas de portes bas, forçant l’ennemi à devoir passer la tête la première et être donc un cible. 

Pour une fois, être petite me sert parfaitement, tandis que je répète inlassablement à Tom de baisser la tête, vu qu’il s’est déjà pris 2 pas de porte les jours précédents…! 

Les cours, les jardins et les salles ornées de gravures, de faÏence de Delft (impression d’être à la maison!) et de peintures de miniatures agrandies font du palais un lieu vraiment splendide et paisible. Le lieu, en écoutant un Rama zen, est parfait pour méditer.

Je passe un moment dans l’exposition de photographies du début du 19e siècle, montrant la vie locale et agricole, les festivités royales, et des portraits du Maharana qui régnait à l’époque sur la région du Mewar. Si vous vous demandez à quoi ça devait ressembler il y a 150 ans, regardez les photos actuelles des Indiens en zone rurale,  enlevez les smartphones, remplacez les scooters par des chameaux et les camions par des éléphants. A ceci près, rien n’a changé. 

LA GOLDEN HOUR

16H30, c’est l’heure de ma nouvelle addiction, le Chai masala, qui remplace mes 4 tasses de thé quotidiennes. 
Armés de 2 gobelets et d’une tarte crumble aux pommes, on se pose au bord de l’eau pendant la fameuse Golden Hour, qui rend tout magique. Un gamin fait des aller-retours pour remplir des sachets d’eau et abreuver la colonie de pigeons, les Indiennes font 30000 selfies avec leur jolis saris (non les 4 “0” n’est pas une erreur de frappe), un petit groupe joue du sitar et vend des bijoux exposés sur un tapis en espérant récolter un peu d’argent, des gens discutent sur les marches, et nous on regarde tout ce petit monde vivre ensemble, attendant de voir à quel moment les pigeons vont faire leur tour de vol histoire de digérer leurs graines.

Magique je vous dis.

LA CULTURE RAJASTHANI

Le soir nous assistons à un spectacle de danse folk du Rajasthan en plein air dans la cour du Bagore Ki Haveli. Musique traditionnelle dont on tombe facilement amoureux avec le sitar, l’accordéon indien et les percussions. On admire les costumes colorés et dorés, les démonstrations de marionettes, les danses un poil basiques (mettez moi un sari et je vous fait une démo), on se marre bien et c’est super joli.

Bref vous l’aurez compris, Udaipur aura été une étape vraiment agréable, avec des activités plus diversifiées que les journées visites des palaces de Maharajas. 

Ce qui nous fait réfléchir au rythme que nous devons prendre pendant ce voyage. Ces 2 premieres semaines ont été fatigantes, alternant à un rythme éfréné projets et grosses journées de visites touristiques.
Nous réalisons que pour les prochains pays, nous préférons rester plus longtemps au même endroit et prendre le temps, avec comme ligne directrice de joindre des éco-villages.

Ca ne sera pas pour tout de suite, demain il nous faut rouler 12h pour rejoindre Delhi, puis l’Uttar Pradesh en train pour les 2 derniers projets de l’Inde.

One thought

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s